2+1: Pierre DESCAMPS, Mathieu SCHMITT, Xavier THEUNIS

Pierre Descamps, Mathieu Schmitt et Xavier Theunis sont tous trois issus de la Villa Arson. Défendus par Catherine Issert depuis leur sortie de l’école d’art niçoise, ils partagent un goût pour le formalisme et un sens économe de l’expression.

Evitant de se positionner sur un plan dialectique, l’exposition 2+1 propose une réponse originale à l’hétérogénéité de leurs pratiques : elle s’articule autour d’un module central, à la fois œuvre et ouvrage, sur lequel viennent se greffer d’autres œuvres pour la plupart inédites. 2+1 se construit donc à partir de juxtapositions et d’additions, créant un échange formel : en lieu et place d’un discours, l’espace d’exposition devient un espace fédérateur et formalisant dans lequel le rapport physique entre les œuvres construit des liens potentiels. Provoquant des combinaisons à sommes variables et variées, 2+1 ouvre de multiples chemins de pensée possible : tantôt orientés vers le minimalisme,le ready-made ou bien encore l’art conceptuel et l’art abstrait,ils révèlent l’appétence commune de ces jeunes artistes pour l’architecture, le design et la culture Pop.

Dans cette perspective, Pierre Descamps, Mathieu Schmitt et Xavier Theunis se sont particulièrement intéressés à ce qui précède toujours l’exposition : 2+1 évoque le transport des œuvres de l’atelier à la galerie. Les caisses deviennent des supports d’accroches frontales, se métamorphosant ainsi à la fois en cimaises et en sculptures minimalistes ; des rails d’arrimages, scandant la galerie de lignes métalliques, permettent la suspension de modules autonomes et viennent perturber le traditionnel white cube. Les œuvres accrochées sur ces dispositifs détournés convoquent elles aussi une esthétique du fonctionnel, de l’usage : tubes, béton et parpaings composent un réper toire formel oscillant entre concrétude et abstraction.

 

 

Pierre Descamps, Mathieu Schmitt and XavierTheunis all attended theVilla Arson. Represented by Catherine Issert since they left this art school in Nice, they share a taste for formalism and an economic sense of expression.

Avoiding taking a dialectic position, the exhibition 2+1 proposes an original response to the heterogeneous nature of their approaches: it revolves around a central module, both works and the work, to which other works are added, the majority hitherto unseen. 2+1 is thus built around juxtapositions and additions, creating a formal exchange: in place and stead of a statement, the exhibition space becomes a federating and formalising space in which the physical relationship between the works builds potential links. Giving rise to combinations of variable and varied sums, 2+1 opens up multiple paths of possible reflection: sometimes slanted towards minimalism, the ready-made, conceptual or abstract art, they reveal the partiality shared by these young artists for architecture, design and Pop culture.

In this respect, Pierre Descamps, Mathieu Schmitt and XavierTheunis took a special interest in what always precedes an exhibition: 2+1 evokes the transportation of the works from the studio to the gallery. Crates become supports of frontal fixtures, thus undergoing a metamorphosis to become both dados and minimalist sculptures; stowing rails, scanning the gallery with metallic lines, allowing for the suspension of autonomous modules, and disrupting the traditional white cube.The works hung on these hijacked devices also call upon the esthetics of what is functional, of everyday use: metal tubes, concrete and breeze blocks compose a formal repertory that swings from concrete substance to abstraction.