Tatiana WOLSKA: Liaison

Je ne sais vraiment pas parler de mon travail, néanmoins je vais essayer de le faire en quelques mots. Tout d’abord, sans que je sois une écologiste assidue, je n’aime pas encombrer notre planète plus qu’elle ne l’est déjà. J’utilise donc essentiellement des matériaux de récupération. Je sais que c’est un discours beaucoup utilisé actuellement, mais au fil du temps je me suis rendue compte que chez moi c’est plus une habitude venue tout droit de l’environnement post communiste dans lequel j’évoluais. Le système D, que nous utilisions n’était pas tant un phénomène de mode, mais plutôt un recyclage nécessaire au fonctionnement de chacun. 

Ensuite il y a mon manque d’imagination inné et ma volonté de construire, ou simplement faire quelque chose de mes propres mains… Je m’entoure alors de toute sorte des matériaux (venues de poubelles, rues, déchèteries, etc.), je les regarde, décortique et assemble à nouveau. Je m’attaque souvent à de nouvelles manières de construire, chaque fois c’est une sorte de parie. D’une autre manière, je dirais que je range, j’ordonne, des matériaux qui associés, font la sculpture. Quant aux formes organiques récurrentes, elles sont une tentative d’évasion de la forme minimale si présente encore dans nos maison et musées. Et puis il y a tant d’autres choses, et tout ce qui m'échappe, tout ce qui appartient à l’autre dans sa rencontre avec la pièce.